Les tabous autour de la masturbation féminine - Pour celles et ceux qui veulent faire chanter le clito!

sex-3261242_1920.jpg

Pour clore le mois de la masturbation, chez Green Condom Club, on a décidé de poser un regard sur des questions d’éducation sexuelle, et d’interviewer une volontaire pour nous parler de ses pratiques personnelles.

On apprend au lycée que les garçons ont des érections et des éjaculations, et que les filles ont leurs règles “…” et des bébés. Pas d’orgasme jusque-là pour les femmes. En fait, on parle de systèmes reproducteurs. Pas de sexualité. Une éjaculation est nécessaire à la reproduction naturelle. Par contre, un orgasme féminin… c’est une licorne! En tout cas ça n’a rien à faire dans les salles de classe.

Peggy Orenstein explique dans un Ted Talk que la plupart des adolescentes qui ont leur premier rapport sexuel ne se sont encore jamais masturbé, qu’elles ne savent pas non plus forcément où est leur clitoris, et débutent donc leurs relations sexuelles, incapables de dire ce qu’elles aiment. Tout bonnement, on en sait rien jusqu’à ce qu’on apprenne à appuyer sur le bon ‘bouton’. Et ça peut prendre des années. Parfois bien après les premiers rapports.

On est tellement dans le flou par rapport à la sexualité féminine qu’on estime qu’un orgasme féminin est moins important qu’un orgasme masculin dans les rapports hétéros! Cela dit il semblerait que les femmes qui se masturbent et ont pris le temps d’apprendre à connaître leur propre corps savent se satisfaire en deux-temps-trois-mouvements (70% des femmes qui se masturbent atteignent facilement l’orgasme lors de la pratique contre 51% des femmes hétéros lors de rapports avec leurs partenaires).

On s’entend que l’orgasme n’est pas nécessairement le but ultime d’un rapport sexuel. On peut chercher une connexion autre. De la tendresse, des caresses. Mais on s’entend aussi que l’orgasme féminin devrait être autant considéré que l’orgasme masculin.

On apprend dès un jeune âge aux femmes que leur orgasme n’est pas si important que ça, et on apprend malheureusement aux jeunes hommes que de ‘demander son chemin’ est une marque de faiblesse.

Les un.e.s commes les autres, on nous a tendu un manuscrit avec des genres et des rôles préétablis. Qu’ils viennent de nos parents ou de la société dans laquelle on a grandi. On nous a tendu un gros carton duquel on puise ensuite tout un système de croyances qu’on régurgite dans nos vies adultes sans trop réfléchir.

Alors, le meilleur moyen pour nous les femmes d’apprendre à connaître et reconnaître nos propres kiffs, c’est bien la masturbation! Ensuite, on peut guider, on peut s’épanouir sexuellement, toute seule, ou à plusieurs, et enfin encourager nos partenaires à, eux aussi, s’épanouir dans le plaisir féminin.

On a parlé à une jeune femme Corse, en début de trentaine, pour avoir un témoignage personnel sur ses pratiques masturbatoires. On a posé des questions sur une tranche d’intimité pour obtenir des réponses franches.


D'après toi et beaucoup d'autres femmes, se masturber c'est tabou. Dans quel sens?

On en parle pas vraiment entre nous, je parle de beaucoup de choses très facilement avec mes amies et collègues, de sexualité en général, mais en ce qui concerne la masturbation il y a une vraie retenue. Surtout quand j’étais ado. Aujourd’hui j’ai plus de facilité à en parler autour de moi.

Je me masturbe plus maintenant qu’à l’époque parce que je me connais mieux, parce que je suis plus à l’écoute de mes propres besoins en matière de sexualité que quand j’avais 15 ans et que je ne savais pas ce qui m’arrivait


Entre copines, pourquoi les tabous?

On va avoir plus de facilité à parler d’une aventure sexuelle avec un partenaire, mais la masturbation ça reste hyper rare. On ne rentre pas dans les détails. Par contre, j’ai un super vibro que je recommande à tout le monde!


Niveau éducation sexuelle à l'école, est-ce qu'on a parcouru dans votre classe l'anatomie de la vulve et du vagin? Comparé au pénis chez les hommes?

Non jamais c’est catastrophique à ce niveau là. C’est le néant…

On ne sait rien de l’anatomie féminine. C’est comme si le clitoris n’existait pas, c’est grave! Il a été retiré des manuels de classe. Le compte Insta GangDuClito l’explique mieux que moi. Les gens ne connaissent pas l’anatomie d’un clitoris... Comment voulez-vous qu’on puisse parler plaisir? On a des années de retard par rapport aux hommes.

En gros, on ne connaît pas très bien le fonctionnement de notre vulve. Comment ça s’est traduit dans tes premières expériences personnelles?

J’ai eu mes premiers orgasmes en grimpant à la corde et en faisant du vélo quand j’étais enfant. Puis encore vers 13-14 ans en serrant mes cuisses très fort l’une contre l’autre. Je ne savais pas ce que c’était, c’était comme une crampe qui faisait beaucoup de bien.

C’est connu chez les enfants. Ils ont une période masturbatoire pendant laquelle ils se frottent sur tout, mais sans que ce soit sexualisé. Ils remarquent que ça leur fait du bien, et c’est tout.


La première fois que tu t'es touchée dans le but de te découvrir et te donner du plaisir, c'était comment?

Je pense que c’était à 17 ans, très tard ! Lorsque j’ai eu mon premier copain sérieux avec qui j’ai découvert la sexualité, du coup j’avais une libido très active à ce moment là et je me suis mise spontanément à me masturber.


Est-ce que c'est honteux de se procurer du plaisir?

Non au contraire, je trouve ça indispensable. Ça m’aide à me connaître, à savoir ce que j’aime, à guider mes partenaires et à ne plus subir le plaisir de l’autre; mais être dans l’échange et le plaisir mutuel. C’est ce qui est beau dans la sexualité.

Tu dis 'subir le plaisir de l'autre'. Tu peux développer un peu plus ?

Beaucoup de femme simulent. Trop de femme simulent ...

Elle laissent leur partenaire faire des aller-retour dans leur vagin alors que ça ne leur fait rien. Elles jouent la ‘comédie’ qu’elles ont vu dans les films « oooo oui, oooo c’est bon oooo, plus fort » pour que le mec kiff… L’homme jouit, et là, rapport sexuel terminé!

Le plaisir de l’autre passe avant. Les femmes ont une énorme pression à être de bonnes amantes, donc elles jouent le rôle.

C’est d’une tristesse affligeante. Je ne veux pas que ma sexualité ressemble à ça.
Je ne simule pas, je n’ai pas besoin de flatter l’égo des mecs avec qui je couche. Si je prends du plaisir c’est sincère. Si je jouis, je le dis. Si je ne jouis pas, je ne fais pas semblant. Si quelque chose ne me plaît pas ou me fait mal, j’arrête et je le dis.


Est-ce que tu t’es déjà masturbée devant ton partenaire?

Je n’y arrive pas. Je me sens observée. Je n’arrive pas à me laisser aller comme quand je suis seule. Je ne vois pas l’intérêt de faire ça quand quelqu’un me regarde. Ça ne m’excite pas plus, au contraire ça me freine.

Après, me toucher devant l’autre pour exciter mon partenaire, oui. Mais c’est du cinéma, c’est un jeu à deux. Ça ne me fait pas le même effet. Ça n’est pas une question de gêne, mais de laisser-aller. En même temps, je n’arrive même pas à me masturber si mon chat est dans la pièce!


Le pauvre minou, LOL !
Ta première expérience avec le porno, c'était quoi, et qu'est-ce que t'en a pensé?

La première fois c’était en compétition de sport, on partait en déplacement à 14 ans dans des chambres de 3 ou 4, il y avait la télé et Canal +. On s’amusait à changer de chaîne pour mettre des films interdits aux moins de 18 ans. On avait l’impression d’être des hors-la-loi. On voyait jamais grand chose finalement mais je me souviens d’une seule fois où on a vu une scène de fellation en gros plan qui m’a marqué.

La deuxième fois c’était en seconde, un mec de ma classe montre une vidéo à 10 personnes sur un vieux téléphone à clapet, style Motorola. Tout le monde se marre. Je veux regarder. Il retourne le téléphone vers moi et c’est une fille qui se fait prendre par un cheval... Et tout le monde se marre en répétant : « il paraît qu’elle s’est fait faire 16 point de suture tellement ça l’a déchiré. Et puis elle est morte ».



C’est triste, choquant, et illégal...
Internet est rempli de sondages affirmant que les femmes se masturbent moins que les hommes. À ton avis, pourquoi, problème de libido, de perception, ou autre?

Tout mélangé, on le fait moins, je pense, parce que « c’est interdit, c’est sale », on est mal éduqué d’un point de vue sexuel.

J’ai une copine qui s’est pris une claque par son père quand, petite, elle se frottait sur le canapé. Pas très encourageant...

Après, moi je me masturbe tout les jours. Je ne crois pas à un problème de libido, sauf pour les filles chez qui ça peut être un effet secondaire de médicaments ou de contraception. J’ai une libido assez importante en couple comme célibataire.

Je ne crois pas que la libido soit une problématique genrée, je pense qu’il y a des mecs qui ont une très faible libido, et des filles qui ont une libido élevée. C’est plus accepté pour un homme que pour une femme d’avoir une libido importante. Si un homme a une forte libido, c’est normal. Si une femme a une forte libido, c’est une salope.


Un rituel préféré de ton côté?

Je me masturbe toujours de la même façon, donc oui. Avant de dormir. J’ai un vibro qui est top, donc je le pose sur mon clito et je fais différents modes. Je me détends et j’imagine tout ce dont j’ai envie. Je fantasme. C’est souvent les même trucs qui reviennent et je jouis très vite! Puis j’ai une montée d’ocytocine et je dors direct. C’est le meilleur somnifère du monde!


Tu partages un fantasme?

C’est toujours lié au physique d’un mec. À l’urgence d’une situation. Par exemple: croiser un mec dans un aéroport. Le trouver hyper beau. Une vraie bombe. Il me sourit. Je lui montre qu’il me plait, et on se retrouve quelque part. On se chope en deux secondes et on couche ensemble hyper vite pour ne pas se faire prendre par la sécurité, et aussi parce que j’ai un avion à prendre! Je ne veux pas être en retard, du coup c’est hyper intense.

Parfois c’est inspiré de la vraie vie. Un mec que j’ai croisé qui m’a demandé son chemin en ville et j’imagine une version où on couche ensemble.

J’adore jouir mais si je n’ai pas mon vibro je ne le fait pas... donc je ne me masturbe jamais avec mes doigts. Je ne me pénètre jamais non plus. Mon vibro est en forme de pénis et est coudé au bout pour la pénétration vaginale, mais quand je me masturbe je ne le rentre jamais dans mon vagin. Je le pose sur mon clito.

Ça me va très bien parce que c’est comme ça que je jouis, et j’ai des orgasmes très vite. Je pense que ça en dit quand même beaucoup sur ma pratique sexuelle. Pourtant, en couple, le rapport sexuel est basé sur la pénétration vaginale alors que je ne le fait jamais seule et que je ne jouis pas comme ça.


Tu ne te touches jamais avec les doigts, pourquoi?

Je ne l’explique pas. Mais il y a une gêne.


Tu parles à ton partenaire, où tu essayes de guider sans mots vers ce qui te fait plaisir?

Oui, j’en parle. Je le guide si besoin. Les orgasmes « vaginaux » sont dûs au clitoris, de l'intérieur. J’aimerais bien réussir à les déclencher aussi par la pénétration. Je pense que c’est possible mais que vu que je le fait toujours d’une seul manière je ne sais pas trop comment m’y prendre.

Précision: j’adore la pénétration, des fois je suis hyper excitée et je ne veux que ça. Mais ce n’est pas comme ça que je jouis. D’ailleurs parfois ça me frustre. J’ai des copines qui jouissent en même temps que leur partenaires pendant la pénétration et je voudrais que ça m’arrive aussi.

Ça m’amène à une autre problématique personnelle: J’ai regardé le documentaire « Le point G et l’éjaculation féminine », c’est un vieux documentaire mais je le conseil à tout le monde.

Il m’avait été conseillé par une copine femme-fontaine. Un de ces partenaires l’avait regardé et l’avait fait ejaculer pour la première. Depuis elle sait le refaire toute seul.

Ça m’a retourné le cerveau! J’ai posé plein de questions à tout le monde. Des femmes de d’âges différents, des copines lesbiennes etc, et aujourd’hui je pense qu’effectivement, comme dans le documentaire, on est toute femme-fontaine, mais on le sait pas!

Alors vu ma problématique de ne pas me masturber avec les doigts et de ne pas me pénétrer, ça ne risque pas de m’arriver mais ça me donne envie d’essayer de temps en temps.


Alors là, pour le SCOOP, il est possible pour une femme d'éjaculer sans pénétration! Mais c’est un bon point à soulever pour un prochain article!

Pardon mais, COMMENT ÇA SE FAIT QUE J’APPRENDS ÇA À 30 ANS ???


Un conseil que tu pourrais donner à des jeunes femmes qui n'osent pas encore se masturber?

Personne ne doit se sentir obligé de se masturber. Si tu n’en ressens pas du tout le désir ce n’est pas grave.

Mais si tu en as envie, fais-le. La sexualité est une histoire d’égalité, d’échange, de plaisir et de jouissance.

Si les hommes sont totalement maîtres de leur désirs, de leurs envies, mais que les femmes ne savent pas comment elles fonctionnent ou ce qu’elles aiment, elles subissent le plaisir des autres. C’est dommage parce que le plaisir sexuel seul, ou à deux, est tellement beau.

Bref ma conclusion, c’est que la masturbation c’est cool. Je prend beaucoup de plaisir mais il me reste du chemin à faire 😂😂😂❤️!